08.11.2018, 15:53

Ronquoz 21: les habitants de Sion veulent un quartier convivial, vert et axé sur la mobilité douce

chargement
Les résultats de l’enquête participative lancée ce printemps pour imaginer le futur quartier Ronquoz 21 ont été dévoilés jeudi matin.

 08.11.2018, 15:53 Ronquoz 21: les habitants de Sion veulent un quartier convivial, vert et axé sur la mobilité douce

Urbanisme Les résultats de l’enquête participative lancée ce printemps pour imaginer le futur quartier Ronquoz 21 ont été dévoilés jeudi matin. Les Sédunois veulent une ville conviviale, verte et axée sur la mobilité douce.

La municipalité de Sion veut totalement repenser son quartier des Ronquoz et en faire la ville du XXIe siècle. Soixante hectares sont concernés par cette immense transformation qui va s’étendre du sud de la gare jusqu’à l’autoroute.

Originalité de ce mégaprojet, les autorités ont décidé d’associer la population aux réflexions. Un tous-ménages a été envoyé aux Sédunois au printemps puis des ateliers participatifs et des entretiens ciblés sur le terrain ont permis d’affiner les idées lancées. Les résultats de cette enquête participative ont été présentés jeudi à la presse.

A lire aussi: Quartier sud de la gare de Sion: les citoyens concernés participent au développement de la zone

Au total, 547 citoyens ont donné leur vision et une cinquantaine d’autres ont ensuite été conviés aux ateliers participatifs. «Nous sommes satisfaits de ces retours et de l’implication des habitants», se réjouit Philipp Schweizer, directeur du bureau Label Vert qui encadre ce processus participatif.

Un quartier mixte, vert et accueillant

Qu’est-ce qui ressort de ce travail? Si les personnes qui habitent aux Ronquoz sont attachées à leur quartier, beaucoup trouvent l’endroit trop industriel et donc peu accueillant. Ils déplorent le manque d’espaces verts, de transports publics et de pistes cyclables et souhaiteraient une salle de spectacles. «Tous restent cependant convaincus du potentiel d’évolution notamment grâce à la proximité de la gare et de l’Energypolis», indique Philippe Varone, président de Sion.

Du côté des propositions, les sondés rêvent d’un quartier mixte, «dévolu aussi bien à l’habitat qu’au travail, aux loisirs et à la détente». Convivial, accueillant, vert, jeune et innovant, voilà les adjectifs qui ressortent le plus souvent. Les entretiens ont permis de cibler plusieurs autres attentes. Les étudiants veulent en faire un vrai quartier d’études avec des lieux d’échange et de détente. Les employés et ouvriers réclament davantage de petits commerces, des bars et des restaurants afin de créer une vie diurne et nocturne. 30% des personnes interrogées se verraient habiter dans ce futur quartier.

Des demandes qui cadrent avec celles de la ville

Ces résultats ont réjoui les autorités sédunoises. «Les constats dressés par les participants et leurs attentes rejoignent ceux du Conseil», a indiqué Christophe Clivaz, conseiller communal chargé de l’urbanisme et de la mobilité. Mieux, certaines demandes sont déjà en cours de réalisation, notamment la salle de spectacles prévue dans le projet Cour de Gare ou l’amélioration du réseau cyclable. «Beaucoup de demandes s’insèrent également parfaitement dans l’Agglo Valais central ou le plan directeur communal», ajoute Christophe Clivaz.

Concrètement, le résultat de cette étude sera intégré au concours d’architecture prévu en début d’année prochaine. «Ce mandat d’étude parallèle a pour objectif de tracer plus précisément les contours du quartier et de définir les espaces publics et la morphologie des bâtiments», annonce Vincent Kempf, chef du service de la mobilité. 

Les résultats sont attendus pour fin 2019 et ils serviront à mettre à jour le plan guide. La planification suivra en 2021. La population et les propriétaires pourront continuer à participer au processus. «Ce quartier est un beau terrain de jeu pour exprimer toutes les sensibilités urbaines des Sédunois», conclut Philippe Varone, président de Sion.    

Le périmètre du futur quartier dont la surface est de 60 hectares. © DR


Top