12.04.2019, 12:00

Téléverbier a aussi profité du Magic Pass

chargement
Directeur de Téléverbier, Laurent Vaucher souhaite développer le Mont-Fort pour le rendre attractif en été.

Tourisme La neige, la baisse du franc suisse et paradoxalement le Magic Pass ont permis à Téléverbier d’augmenter ses journées skieurs de 8,6%. Par contre, la météo de la saison 2017-2018 a fait progresser les charges de la société.

«Une quantité astronomique de neige a recouvert le domaine skiable», s’est réjoui Jean-Albert Ferrez. Le président du conseil d’administration de Téléverbier a présenté aux actionnaires de la société les comptes de la saison 2017-2018. Le chiffre d’affaires a augmenté de 6,6% pour atteindre 53,6 millions. «L’enneigement exceptionnel a été bénéfique en termes de qualité des pistes, mais pénalisant en heures de travail pour les préparer et les sécuriser», selon Jean-Albert Ferrez. Cette augmentation des charges pèse sur les comptes du groupe qui voit sa marge d’exploitation diminuer.

L’enneigement exceptionnel a été bénéfique en termes de qualité des pistes, mais pénalisant en heures de travail.
Jean-Albert Ferrez, président du conseil d’administration de Téléverbier

Pas de Magic Pass pour Verbier

La baisse du franc suisse face à l’euro et, étonnamment, le Magic Pass, expliquent aussi le chiffre d’affaires. Jean-Albert Ferrez, sans en citer le nom, parle d’une offre agressive sur un forfait commun «qui a donné lieu à une exposition médiatique du ski tout au long de l’été 2017 et a très probablement été bénéfique à toute la branche». Mais répondant à une question en fin d’assemblée, le président a exclu de participer à la coopérative. Il a affirmé que des alliances stratégiques seraient recherchées, comme celle qui vient d’être annoncée avec la station bulgare de Bansko. «Nous en reparlerons lors de la prochaine assemblée générale ordinaire», a conclu Jean-Albert Ferrez, laissant sous-entendre une annonce dans l’année.

Moins d’escaliers au Châble

Avec 1,1 million de journées skieurs pour son secteur uniquement, sans les 4 Vallées, soit une augmentation de 8,6%, Téléverbier reste la plus importante société de remontées mécaniques de Suisse romande. Pour le président du conseil d’administration, l’attractivité fait la différence: «Grâce à la qualité des paysages et au positionnement en altitude, Verbier est un produit très apprécié.»

Nous devons chercher le confort maximum pour nos clients.
Laurent Vaucher, directeur de Téléverbier

Maintenir cette attractivité est le principal objectif du directeur Laurent Vaucher. En poste depuis un peu plus d’une année, le successeur d’Eric Balet souhaite renforcer l’expérience client. «Nous devons chercher le confort maximum pour nos clients. Au Châble, par exemple, il est impensable qu’ils doivent monter des escaliers entre la gare et la télécabine avec leur matériel et leurs enfants dans les jambes.»

Du lit aux pistes

Le développement de l’été fait partie des priorités de Téléverbier qui veut travailler «dix mois sur douze». A l’heure actuelle, l’hiver représente encore 75% du chiffre d’affaires du groupe. La station bagnarde vise, notamment, sur le vélo électrique avec un festival durant le mois d’août. Deuxième axe de développement, Téléverbier continue la diversification de ses activités. Le groupe possède des participations dans une école de ski, un magasin de sport et dans la résidence T-One à La Tzoumaz. «A l’avenir, l’intégration de différentes activités liées au ski doit constituer un business model», affirme Laurent Vaucher.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Remontées mécaniquesL'exercice 2016-2017 qualifié de satisfaisant par TéléverbierL'exercice 2016-2017 qualifié de satisfaisant par Téléverbier

Top