13.08.2019, 12:30

Rentrée: le nombre d'enseignants est en flux tendu en Valais

chargement
Si la pénurie d’enseignants touche concrètement le Haut-Valais cette année, elle menace aussi le Valais francophone.

Ecole Plus de 43 000 Valaisans prendront le chemin de l'école lundi, ainsi que 4200 enseignants. Particularité cette année: des étudiants de la HEP de dernière année enseigneront dans huit classes du Haut-Valais pour combler la pénurie d'enseignants.

Plus de 43 000 Valaisans prendront le chemin de l’école à la rentrée lundi prochain. Un chiffre en légère augmentation par rapport à l’an dernier. «Nous avons 100 élèves de plus en primaire et 30 en secondaire. Et pour la première fois, nous n’avons pas constaté de diminution dans le Haut-Valais», a expliqué Christophe Darbellay, chef du Département de la formation, lors de la traditionnelle conférence de presse de la rentrée, mardi à Viège.

A lire aussi : Ecole obligatoire: les parents ne paieront plus les frais liés à la scolarité de leurs enfants dès la rentrée d’août 2019

Une école de montagne a risqué la fermeture

Fait inhabituel cette année, il manquait des enseignants pour gérer huit classes haut-valaisannes de degré primaire, réparties entre Bellwald, Brigue, Guttet-Feschel, Salquenen, Loèche-les-Bains et Zermatt (trois classes). C’est la première année que le Haut-Valais connaît des problèmes aussi importants au niveau des effectifs. «Nous devions donc trouver une solution pour éviter de fermer certaines classes, voire une école de montagne, comme celle de Bellwald par exemple», souligne Christophe Darbellay.

Ainsi, dès cette rentrée 2019/2020, des étudiants de dernière année de la Haute école pédagogique (HEP) prendront en charge les cours des huit classes concernées, en tandem. «C’est une grande responsabilité, mais ils seront bien encadrés par des enseignants formateurs et des professeurs de la HEP Valais», précise Marcel Blumenthal, du Service de l’enseignement.
Par ailleurs, le Département de la formation a pu gérer les départs à la retraite de nombreux enseignants nés en 1956, 1957 et 1958. «Il n’y aura pas de départ massif de ces générations d’enseignants grâce à la caisse de retraite. Nous avions bien anticipé», se réjouit Christophe Darbellay.

Le Valais francophone pas épargné

Cette année, la pénurie touche particulièrement le Haut-Valais. Cependant, dans le Valais francophone, la situation n’est pas rose. «Nous sommes en flux tendu au niveau du nombre d’enseignants dans certaines branches en particulier», précise Christophe Darbellay. Aujourd’hui, il manque des enseignants formés en enseignement spécialisé, en allemand et en mathématiques, «alors que dans d’autres branches, comme le français ou l’histoire, nous avons assez d’effectifs».

 

Nous sommes en flux tendu du nombre d’enseignants en maths et en allemand par exemple.
Christophe Darbellay, chef du Département de la formation

 

D’où la nécessité aussi de rendre le métier d’enseignant encore plus attractif. «Nous devons tordre le cou aux clichés et valoriser cette profession en montrant ce que l’enseignant fait au quotidien dans la classe», souligne Jean-Philippe Lonfat, chef du Service de l’enseignement. Une manière aussi d’inciter les enseignants formés à exercer leur métier dans le canton. Car certains Haut-Valaisans, qui choisissent de suivre leurs études à la HEP de Berne, «ne reviennent plus en Valais  une fois leur diplôme en poche», regrette Christophe Darbellay. 

Pour susciter encore davantage de vocations, la Haute école pédagogique valaisanne n’est plus seulement destinée aux collégiens ayant réussi leur maturité. Elle est aussi accessible, depuis l’an dernier, aux personnes qui ont passé une maturité spécialisée pédagogique par exemple.

 

Nouveautés de la rentrée 2019/2020

Plusieurs nouveautés sont prévues pour cette rentrée scolaire, tant du côté des enseignants que des élèves.

- Des capsules vidéos pédagogiques: de petits films intitulés «120 secondes pédagogiques» seront à la disposition des enseignants valaisans dès cette rentrée. Des vidéos qui donnent des pistes pratiques et théoriques sur la gestion de classe. Deux capsules sont déjà disponibles, l’une sur la rentrée scolaire et l’autre sur la gestion des situations difficiles.
- Une première journée du développement durable sera instaurée dans toutes les écoles du canton le 17 septembre 2019. «Le but est d’inviter les établissements à développer des activités», explique Christophe Darbellay, chef du Département de la formation.
- Education à la santé sexuelle et prévention des abus sexuels: les interventions seront désormais obligatoires dans tous les établissements du secondaire 2.
- Et encore: la gratuité du matériel scolaire pour tous.
 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

FORMATIONValais: l'école doit être gratuite. Qui va payer à la place des parents?Valais: l'école doit être gratuite. Qui va payer à la place des parents?

FORMATIONÉcole gratuite: «Nous ferons tout pour éviter une école à deux vitesses», affirme Jean-Philippe LonfatÉcole gratuite: «Nous ferons tout pour éviter une école à deux vitesses», affirme Jean-Philippe Lonfat

FORMATIONA Chippis, l’école est vraiment gratuiteA Chippis, l’école est vraiment gratuite

EcoleValais: la première rentrée de deux enseignants valaisansValais: la première rentrée de deux enseignants valaisans

INNOVANTL’intérêt stagnant des jeunes Valaisans pour les métiers liés à l’innovationL’intérêt stagnant des jeunes Valaisans pour les métiers liés à l’innovation

FormationUne école à pédagogie différente ouvre à AprozUne école à pédagogie différente ouvre à Aproz

Top