13.04.2019, 12:00

Loi sur les armes: le commandant de la police cantonale redoute de perdre les bases de données Schengen

Premium
chargement
Les polices du canton consultent en permanence les différentes bases de données dont celles mises à disposition via l'espace Schengen.

Sécurité La police cantonale valaisanne utilise tous les jours les bases de renseignements fournies via l’espace Schengen. Le commandant craint une disparition de cet accès si les Suisses refusent la modification de la loi sur les armes en mai prochain.

C’est aussi simple que de scanner ses courses dans un supermarché. Le policier passe brièvement la carte d’identité devant son smartphone et une liste s’ouvre immédiatement. Cette liste comprend différentes bases de données. Parmi elles, des informations basiques relatives à l’identité, aux permis de circulation ou au véhicule et des données plus spécifiques comme le système RIPOL. Ce dernier...

À lire aussi...

sécuritéLoi sur les armes: l'exception suisse ne devrait pas poser de problème à la justice européenneLoi sur les armes: l'exception suisse ne devrait pas poser de problème à la justice européenne

PolitiqueIncompris, les tireurs ouvrent leurs portes pour militer contre la loi sur les armesIncompris, les tireurs ouvrent leurs portes pour militer contre la loi sur les armes

Top