07.09.2017, 17:00  

Van d'en Haut: une partie des chalets restera en zone bleue

chargement
Selon la nouvelle carte des dangers d'avalanche de Salvan, qui doit encore être validée par l'Etat, les chalets de Van d'en haut figurant sur cette photo demeurent en zone bleue et peuvent donc être réparés.

 07.09.2017, 17:00   Van d'en Haut: une partie des chalets restera en zone bleue

Van d'en Haut - Six mois après l’avalanche qui a dévasté le Vallon de Van, les résultats des études effectuées ont été présentés aux propriétaires des chalets touchés.

Le hameau de Van d’en Haut sera toujours vivant. Telle est la principale conclusion des études effectuées par des bureaux spécialisés suite à l’avalanche qui, le 8 mars dernier, avait rasé neuf chalets et plus ou moins endommagés six autres.

>>A lire aussi: Une avalanche s'est abattue sur le hameau de Van d'En Haut au-dessus de Salvan provoquant de gros dégâts matériels

Sur la carte des dangers d’avalanche de la commune de Salvan, ces chalets se trouvaient majoritairement en zone bleue. Pour les propriétaires concernés, il s’agissait donc de savoir si cette carte allait connaître des adaptations, ou non, suite à l’avalanche.

Place à la dendrogéomorphologie

Après cet événement, deux études ont été effectuées par des bureaux spécialisés mandatés par l’Etat du Valais, une étude dendrogéomorphologique par l’Université de Genève et une étude de cartographie des avalanches par le bureau d’ingénieurs Burkard à Brigue, considéré comme une référence dans ce domaine très pointu, et par Silvaplus à Martigny.

Comme le souligne Pascal Stoebener, chef de la section des dangers naturels auprès du Service valaisan des forêts, des cours d’eau et du paysage, l’étude dendrogéomorphologique permet de dater précisément les événements passés dans le Vallon de Van: «Cette technique est utilisée en l’absence de cadastre précis en la matière. En analysant les arbres touchés par l’avalanche, on parvient à déterminer la récurrence des avalanches. En l’espèce, l’étude a démontré qu’une avalanche importante a eu lieu en 1876, puis d’autres plus petites en 1950 et en 1970, mais aucune de l’ampleur de celle de cette année.» L’avalanche du 8 mars dernier, la plus grosse depuis près de 150 ans, est donc considérée comme exceptionnelle.

La nouvelle carte des dangers

Cette étude a permis de caler les modèles de calcul pour l’établissement de la nouvelle carte des dangers, élaborée par le bureau Burkard. «Plusieurs simulations de l’avalanche du 8 mars dernier, intégrant les résultats de la première étude, ont été effectuées. Elles ont permis, en plus des visites réalisées dans le terrain, d’établir, d’entente avec notre service, une nouvelle carte des dangers pour le Vallon de Van», précise Pascal Stoebener.

A caractère provisoire, cette carte doit encore être validée par l’Etat. Mais contrairement aux craintes des propriétaires touchés, une partie des chalets restera en zone bleue. «Sur l’ensemble des chalets concernés, neuf ont été rasés par l’avalanche. Sept d’entre eux se trouvent désormais en zone rouge et deux demeurent en zone bleue. Quant aux six chalets touchés, mais pas entièrement démolis, ils demeurent en zone bleue. Les chalets en zone bleue peuvent être réparés, mais en respectant les conditions données par notre service», annonce Pascal Stoebener.

Pas tous à la même enseigne

Mercredi soir, les conclusions des deux études ont été présentées aux propriétaires concernés. «La séance s’est passée dans un très bon esprit, les explications données par les bureaux spécialisés et les représentants de l’Etat ayant répondu aux interrogations de chacun. Il est cependant évident que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, certains ayant tout perdu lors de cette avalanche alors que d’autres pourront rénover leur chalet. Mais désormais, chaque cas devra être réglé séparément, notamment au niveau des assurances», souligne le président de la commune de Salvan Florian Piasenta.

Au niveau du calendrier, la nouvelle carte des dangers doit encore être homologuée par l’Etat du Valais, en principe d’ici la mi-octobre. Elle sera ensuite soumise à l’enquête publique par la commune de Salvan avant d’être intégrée, au terme de la procédure légale, au plan de zones communal.

>>A lire aussi: Visite du Vallon de Van, deux semaines après l'avalanche qui a détruit une dizaine de chalets

>>A lire aussi: De nombreuses questions demeurent en suspens suite à l’avalanche du Vallon de Van


Top