13.09.2017, 00:01  

Le pilote du PC-7 retrouvé mort

Abonnés
chargement
Le PC-7 a été localisé dans les Alpes bernoises, dans la région du Schreckhorn.

 13.09.2017, 00:01   Le pilote du PC-7 retrouvé mort

Par Philippe Boeglin et Kessava Packiry

La série noire se poursuit-elle pour les Forces aériennes de l’armée? Hier en toute fin de soirée, le corps du pilote militaire, porté disparu, a été retrouvé sans vie. Son PC-7, avion d’entraînement à hélice, avait été localisé dans les Alpes bernoises, vers Grindelwald, dans la région du Schreckhorn. L’avion avait décollé peu après 8h de Payerne et...

La série noire se poursuit-elle pour les Forces aériennes de l’armée? Hier en toute fin de soirée, le corps du pilote militaire, porté disparu, a été retrouvé sans vie. Son PC-7, avion d’entraînement à hélice, avait été localisé dans les Alpes bernoises, vers Grindelwald, dans la région du Schreckhorn. L’avion avait décollé peu après 8h de Payerne et aurait dû se poser, une heure plus tard, à Locarno.

L’accident complète une sinistre liste: depuis octobre 2013, six appareils – avions de combat ou hélicoptères – de l’armée de l’air se sont abîmés en Suisse. Cinq militaires ont perdu la vie (lire ci-dessous).

Mais l’analyse de l’accumulation des accidents viendra plus tard. Hier, les Forces aériennes concentraient toute leur énergie dans la recherche du pilote. Devant la presse, le commandant de l’armée de l’air, Aldo Schellenberg, s’est attelé à exposer les faits connus. «Le pilote de milice, quelqu’un d’expérimenté, a décollé de Payerne à 8h30. Il n’a pas atterri à l’heure prévue à Locarno, soit 9h30. Une opération de recherche et de sauvetage a donc été lancée, à laquelle participent notamment des hélicoptères militaires et des jets de la police aérienne. Les données des radars ont ensuite permis de circonscrire la zone de recherche. Peu après 16h, l’avion a été localisé», rapporte le commandant de corps, visiblement ému.

Météo difficile

Impossible cependant de livrer des informations sur l’état de santé du pilote. «La météo difficile, avec de la neige, retarde le début de l’opération de sauvetage.» Aldo Schellenberg n’était pas en mesure non plus de décrire l’état de l’avion. A ce stade, l’armée ignore si l’avion s’est crashé ou si le pilote a pu le poser en catastrophe. Et Aldo Schellenberger d’ajouter: «Vous comprendrez que nous ne donnions aucune indication sur l’identité du pilote recherché. Toutes mes pensées et celles des Forces aériennes vont à ses proches.»

L’armée de l’air affirme que le vol d’entraînement constituait un exercice de routine. «Les pilotes de milice doivent accomplir plusieurs fois par an des heures de vol», précise Peter Bruns, chef adjoint de l’engagement des Forces aériennes. «Le PC-7 est un avion utilisé pour la formation de base, très fiable et régulièrement entretenu. Le PC-7 n’a pas de siège éjectable, mais dispose d’un parachute.»

La météo autorisait le vol, effectué «à vue».«La situation à Payerne et à Locarno n’était pas problématique. Entre deux, au-dessus des Alpes, il est habituel que le temps soit changeant. Et les pilotes sont rodés à cet exercice de routine, lors duquel on doit s’adapter continuellement à une météo changeante.»

Un avion fiable

Président de la section romande des officiers des Forces aériennes, Julien Schumacher déclare: «Ce genre d’événement est toujours dur pour la communauté des pilotes. Surtout quand on sait qu’un pilote est porté manquant.» Julien Schumacher ne s’exprimera évidemment pas sur les possibles causes d’un accident. Pour l’heure, tout ce qu’il peut dire, c’est ce qu’il connaît de cet avion. «Effectivement, le PC-7 n’a pas de sièges éjectables. Du moins ceux utilisés par l’armée. Car il existe une nouvelle version, développée dans les années 1990, qui en dispose. Mais dans nos avions, le pilote a un parachute, et peut en cas de problème sauter en ouvrant la verrière.»

Avion conçu pour l’entraînement des jeunes pilotes militaires, dès l’âge de 18 ans, le PC-7 repéré dans l’Oberland bernois était pourtant dirigé par un pilote expérimenté. «Ce n’est pas parce qu’on a un permis voiture qu’on ne prend pas le vélo», image Julien Schumacher. «Cet avion est aussi utilisé pour des vols de liaison. Et il y a le PC-7 Team, celui des démonstrations, que pilotent des hommes expérimentés.»

L’appareil, précise Julien Schumacher, permet toutefois une bonne préparation à la formation de pilote. «C’est un avion très puissant, mais que l’on maîtrise facilement, et rapidement. Généralement, les jeunes pilotes militaires y sont formés pendant un an avant de passer aux jets.» Le PC-7 récolte aussi les éloges du conseiller national Thomas Hurter (UDC, SH), ancien pilote militaire. «Je l’utilise encore, en tant qu’examinateur. Cela fait environ 20 ans que je le pilote. C’est un bon avion, bon pour l’entraînement, très fiable. On peut l’utiliser en vol à vue ou aux instruments. Et par rapport au gain qu’il fournit quant à la formation de nos pilotes, il reste un avion bon marché, qui plus est construit en Suisse (réd: par Pilatus Aircraft) Si Thomas Hurter veut bien décrire les qualités du PC-7, il n’entend pas commenter l’accident: «Il est trop tôt. Il faut laisser les recherches se poursuivre, de même que l’enquête.» avec ATS

«Je n’ai pas entendu le bruit d’un crash»

Le surveillant de la cabane du Stockhorn a indiqué qu’il avait entendu l’avion passer à proximité hier matin. «En revanche, je n’ai pas entendu le bruit d’un crash ou quoi que ce soit de semblable», a commenté Richard Riedi. «En ce moment, le temps est mauvais et brumeux, on ne voit rien», a-t-il ajouté.

Les recherches aériennes avaient commencé autour de 10 heures. Trois hélicoptères équipés de caméras thermiques étaient engagés, de même qu’un autre avion PC-7 et un jet de la police militaire. L’analyse des données radar a permis de limiter la zone de recherche au secteur du Schreckhorn.

Le plan de vol a été approuvé par l’armée. En règle générale, les vols de PC-7 ne sont pas suivis en permanence au radar. Le pilote s’annonce au départ puis à l’arrivée.

Le PC-7 (photo Keystone) est un avion utilisé depuis 1982-1983 par les Forces aériennes. Sur 40 appareils employés à l’origine, 28 étaient toujours en activité en 2014. ATS

RAPPEL DES FAITS

Un PC-7, avion d’entraînement militaire, a été porté disparu, hier, avant d’être repéré dans les Alpes bernoises, dans la région du Schreckhorn, près de Grindelwald. En soirée, le coprs du pilote a été retrouvé sans vie.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top