12.09.2017, 23:26

Le canton de Lucerne a enfin un budget pour... 2017

Abonnés
chargement
Le parlement lucernois a adopté le nouveau budget 2017 par 89 voix contre 21.

 12.09.2017, 23:26 Le canton de Lucerne a enfin un budget pour... 2017

Par Lucerne, Ariane Gigon

Pour arriver à un déficit de 52 millions, le gouvernement a coupé dans l’éducation, le social, l’asile, la police et la santé.

Le canton de Lucerne s’est enfin doté, hier, d’un budget pour l’année en cours. Le parlement a accepté un déficit de 52 millions de francs pour des dépenses totales de 2,8 milliards de francs. Le compromis, sans hausse...

Le canton de Lucerne s’est enfin doté, hier, d’un budget pour l’année en cours. Le parlement a accepté un déficit de 52 millions de francs pour des dépenses totales de 2,8 milliards de francs. Le compromis, sans hausse d’impôts, prévoit de nouvelles économies. Près de 5800 ménages doivent reverser des subsides pour les primes d’assurance maladie. Pour la gauche, «le canton est en train de détruire l’avenir de nombreuses personnes».

Sans budget, le canton fonctionnait au ralenti, même si le magistrat en charge des Finances Marcel Schwerzmann (sans parti) a insisté pour rappeler que Lucerne «ne s’effondre pas». Quelques exemples: les investissements ont été stoppés, certains postes de police sont fermés le week-end, les employés de l’Etat doivent travailler davantage. Surtout, après avoir été suspendus puis débloqués, les subsides d’assurance maladie subissent de nouvelles coupes. Le nouveau budget accepté hier – sans hausse d’impôt – prévoit en effet, entre autres, une réduction de dix millions dans la masse des subsides, de 175 millions de francs à 165.

Du coup, a indiqué le président du gouvernement Guido Graf (PDC) hier, «des ristournes sont inévitables». Quelque 850 personnes seules et 4950 couples avec enfants seront touchés. Les personnes vivant avec le minimum vital seront épargnées.

«Nous déposerons une plainte collective contestant la validité juridique de la suppression des subsides», explique le député socialiste Jörg Meyer. «Le canton est en train de détruire l’avenir de nombreuses personnes», s’est exclamée Monique Frey (Les Verts).

En réponse à une interpellation urgente, le gouvernement a admis que la police n’avait pas pu intervenir dans 505 cas, soit 7,3 par jour, du 1er juillet au 8 septembre. La majorité des appels concernait des plaintes pour bruit, mais la liste comprend aussi six urgences médicales et psychiatriques ou encore un incendie. «Deviendrons-nous la Mecque des criminels?» se demande Jörg Meyer.

Certains députés se sont pourtant impatientés: «Les dépenses continuent à progresser, malgré les économies», a ainsi fustigé Marcel Zimmermann (UDC). La discussion sur le budget se poursuit: le Conseil d’Etat doit bientôt présenter son projet pour 2018. Lucerne, Ariane Gigon

Stratégie fiscale com battue à gauche et à droite

La gauche estime que la stratégie fiscale du canton est «clairement un échec», ont déclaré plusieurs orateurs socialistes et écologistes lundi et hier, lors de débats très tendus. En 2010, la fiscalité des entreprises a été diminuée de 25%, puis à nouveau de 50% deux ans plus tard. Depuis, les entreprises du canton de Suisse centrale bénéficient des taux les plus bas de Suisse.

Mais les nouveaux venus n’ont pas afflué comme le canton l’attendait et les programmes d’économies s’enchaînent. Le budget 2017 contenait une hausse d’impôt d’un point, combattue par l’UDC, à qui les citoyens ont donné raison en votation.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top